L'épaisseur de l'endomètre utérin pendant la ménopause: symptômes d'hyperplasie

Harmonies

Le climax est une période de temps qui se produit inévitablement dans la vie de chaque femme. Il se caractérise par des changements dans tout le corps associés à une exposition aux hormones..

Le système reproducteur se prête à la plus grande influence: les ovaires cessent progressivement de fonctionner, les organes génitaux diminuent de taille, les muqueuses de l'utérus et l'atrophie vaginale.

Mais en présence de facteurs indésirables (mauvaise génétique, dysfonctionnements hormonaux, dommages lors du curetage de l'utérus), le processus d'involution dans l'utérus (développement inverse) est perturbé et l'hyperplasie de l'endomètre à la ménopause se développe.

Hyperplasie endométriale ménopausique

L'hyperplasie est l'une des pathologies de l'endomètre les plus courantes à la ménopause..

La boule interne est sensible à tout changement dans la concentration des hormones sexuelles dans le sang, la saturation en œstrogènes et en progestérone affecte la membrane muqueuse de l'utérus, qui devrait normalement s'amincir.

Mais en raison de certains facteurs qui peuvent se former bien avant la ménopause, les cellules endométriales commencent à se propager dans l'utérus - une hyperplasie se développe pendant la période de jéliménopause.

Avec la ménopause, l'endomètre se prête aux changements structurels, sa boule basale devient plus mince et la fonctionnelle cesse de se développer.

Mais avec l'évolution pathologique de la ménopause, la muqueuse ne cesse de croître, son épaisseur augmente constamment, provoquant l'apparition de symptômes désagréables.

Lorsque son épaisseur atteint son apogée, le rejet se produit et la femme a des saignements utérins.

Pour que des symptômes graves d'hyperplasie apparaissent, l'épaisseur de l'endomètre avec ménopause doit être supérieure à 8 mm, 15 mm de la couche muqueuse seront nécessaires pour l'isolement du sang.

Comment traiter l'hyperplasie


Il existe des méthodes chirurgicales à la fois conservatrices et radicales pour traiter cette pathologie:

  1. Dans certains cas, l'hormonothérapie substitutive donne des résultats positifs. Les femmes se voient prescrire des médicaments pharmacologiques de la série progestérone. La durée du traitement hormonal peut aller de 3 mois à 1 an.
  2. Un autre type de traitement de l'hyperplasie, lorsque la croissance de l'endomètre est importante, sont les méthodes chirurgicales, à savoir le curetage diagnostique, sur la base desquelles un diagnostic plus précis est posé. De plus, cette méthode est utilisée pour arrêter les saignements utérins..
  3. Avec les processus locaux de croissance hyperplasique, la cautérisation des couches épaissies de la muqueuse utérine est réalisée.
  4. Avec une forme atypique de développement de l'hyperplasie, avec une forte probabilité de dégénérescence cellulaire, une hystérectomie chirurgicale, c'est-à-dire l'ablation de l'utérus, est prescrite.
  5. Actuellement, recourir de plus en plus aux thérapies combinées.

À la ménopause, le traitement comprend des préparations vitaminées, des stimulants immunitaires qui augmentent la résistance du corps. Et aussi porter une attention particulière à la normalisation du mode de vie et au rejet des mauvaises habitudes.

Caractérisation de l'endomètre normal

L'épaisseur normale de l'endomètre pendant la ménopause ne doit pas dépasser 5 mm, bien que dans de rares cas, il puisse y avoir des exceptions confirmées par des tests de diagnostic.

Les précautions consistent à prescrire un diagnostic échographique de la boule interne utérine, qui est effectué trois fois à trois mois d'intervalle.

Normalement, l'endomètre de la ménopause cesse de changer, sauf si la femme prend des médicaments hormonaux.

Important! Il convient de garder à l'esprit que la taille et le type de l'utérus normal dans la période postménopausique diffèrent des valeurs physiologiques de l'organe en âge de procréer.

Il raccourcit, devient plus dense, en plus, du liquide peut s'accumuler dans sa cavité, ce qui est le plus souvent confondu avec les polypes ou le développement d'un cancer.

Quel est le traitement

L'hyperplasie endométriale ménopausique nécessite un traitement avec la médecine traditionnelle. Étant donné que la maladie peut dégénérer en maladie oncologique, les femmes ne devraient pas essayer de la traiter uniquement avec des remèdes populaires. Ils peuvent être considérés comme un ajout au traitement principal, mais uniquement après avoir consulté votre médecin.

La présentatrice de télévision populaire sur la santé, Elena Malysheva, dans le programme consacré au traitement de l'hyperplasie endométriale, a souligné que si vous suspectez une maladie, vous devriez immédiatement consulter un médecin et subir un examen complet.

La méthode optimale de traitement est choisie uniquement par le médecin, en fonction du stade de la maladie et de l'état de santé général du patient. Le traitement avec des recettes folkloriques ne prendra qu'un temps précieux et conduira à une croissance excessive de l'endomètre.

Méthode de médication


Et une autre classification.

Cette méthode implique un traitement avec des médicaments hormonaux qui contiennent de la progestérone. La prise de médicaments peut durer environ six mois.

Au cours du traitement, les femmes subissent constamment des ultrasons afin de déterminer l'épaisseur de l'endomètre. Le médecin traitant, en fonction des résultats de l'examen, ajuste la dose de médicaments.

L'automédication est strictement interdite. Lorsqu'une femme augmente ou diminue indépendamment la posologie du médicament, elle peut provoquer une rechute de la maladie.

Pour soulager l'état de la femme, le médecin peut prescrire des médicaments à base de plantes supplémentaires. Après avoir terminé le traitement, une femme doit subir une échographie tous les 3-6 mois afin de surveiller l'état de l'endomètre.

Méthode opérationnelle

Si une femme rechute après avoir pris des médicaments, une méthode opératoire de traitement de l'hyperplasie endométriale est utilisée. Chez les femmes ménopausées, les deux méthodes de traitement sont utilisées..

Les options chirurgicales suivantes sont possibles:

  1. Curetage (curetage) - est prescrit pour les patientes dont l'épaisseur de l'endomètre dépasse 10 mm. L'opération est réalisée sous anesthésie locale et dure environ une demi-heure. Des fragments de l'endomètre retiré doivent être envoyés pour examen histologique, afin d'identifier les cellules cancéreuses. Si le résultat est positif, une décision est prise pour retirer l'utérus.
  2. Cautérisation - donne l'effet maximum dans le cas où il existe des foyers séparés de la maladie. J'effectue la cautérisation de plusieurs manières: froid (cryodestruction), courant électrique (diathermocoagulation), ou faisceau laser (destruction laser).
  3. Hystérectomie - implique l'amputation de l'utérus. Si les ovaires sont affectés par la maladie, ils sont retirés avec l'utérus. Cette méthode est utilisée lorsque le tissu utérin est très profondément affecté ou qu'une hyperplasie de l'endomètre adénomateux est détectée, ce qui peut entraîner le développement d'un cancer.

Le traitement chirurgical de l'hyperplasie de l'endomètre chez les femmes ménopausées est utilisé lorsqu'une femme présente des polypes ou des cellules atypiques susceptibles de dégénérer en cancer.


Cette maladie peut évoluer en cancer.

Causes de la croissance de la couche muqueuse à la ménopause

Les raisons du développement de l'hyperplasie peuvent s'étendre même de la période de reproduction de la fille, elles comprennent:

  • facteur génétique - si des parents proches du côté féminin souffrent de pathologie, le risque de tomber malade augmente considérablement;
  • maladies des organes génitaux survenues à la puberté;
  • perturbations fréquentes du cycle menstruel dans l'anamnèse;
  • les pathologies associées au système endocrinien ou au métabolisme, par exemple le diabète sucré;
  • surpoids;
  • antécédents d'hypertension artérielle;
  • utilisation prolongée de médicaments ou de contraception, qui contiennent une grande quantité d'oestrogène;
  • opérations dans la cavité utérine (curetage, avortement, placement en spirale);
  • maladie du foie.

L'hyperplasie de l'endomètre pendant la ménopause menace plus que jamais les femmes. Cette maladie peut déclencher le développement d'un cancer. Dans les premiers stades, la maladie peut être traitée avec des médicaments sans recourir à un traitement chirurgical..

Par conséquent, il est très important de subir un examen gynécologique et une échographie au moins une fois par an, ce qui aidera à identifier la maladie aux premiers stades. De plus, dans la mesure du possible, tous les facteurs de risque d'hyperplasie doivent être exclus. Je vous souhaite une bonne santé!

Et que savez-vous d'une maladie aussi grave?

Formes et symptômes de la pathologie

Selon le tableau clinique et la nature des changements dans les couches de l'utérus, plusieurs formes d'adénomyose (hyperplasie) sont distinguées:

Elle s'accompagne d'une reproduction excessive du tissu glandulaire de l'utérus, qui se produit en raison du placement pathologique des glandes dans la couche fonctionnelle de la coque interne.

Avec un traitement rapide, la maladie passe rapidement et sans conséquences, sans entraîner de complications.

Il peut se développer, mais survient le plus souvent après une évolution prolongée de l'adénomyose glandulaire. De nombreux kystes et autres néoplasmes apparaissent dans la cavité utérine.

Le danger de cette forme est que bientôt la pathologie peut se transformer en processus cancéreux.

Une forme rare au cours de laquelle l'endomètre de la sous-couche basale est entraîné dans la maladie.

Il se développe lentement, mais ne répond pas bien à l'hormonothérapie. Par conséquent, le médecin prescrit le plus souvent une intervention chirurgicale.

Il n'affecte pas la totalité de la couche muqueuse de l'utérus, mais uniquement les zones sélectives. La forme d'hyperplasie la plus saignante, pour le diagnostic et le traitement du curetage de la cavité utérine.

Un curetage d'urgence est également effectué en cas de pertes sanguines importantes.

Le type de pathologie le plus difficile. Les cellules des couches muqueuses de l'utérus se multiplient rapidement et conduisent à un épaississement important de la boule interne en peu de temps.

De plus, ils dégénèrent souvent en structures cancéreuses. Lorsqu'une adénomyose atypique est diagnostiquée, il est immédiatement conseillé à la patiente de retirer l'utérus et les appendices pour éviter les tumeurs ovariennes ou le cancer de l'utérus.

Les symptômes caractéristiques d'un processus hyperplasique dans la cavité utérine n'apparaissent que dans les derniers stades de développement, lorsque la boule muqueuse commence déjà à être rejetée.

Avant cela, une femme peut faire attention à l'apparition de pertes gris blanchâtre et de sensations faibles et douloureuses dans le bas de l'abdomen..

Dans les premières étapes du rejet de l'endomètre, des taches apparaissent, puis des saignements qui ressemblent à des menstruations se produisent.

Changements post-ménopausiques

Cette période de la vie d’une femme se manifeste par une absence totale de menstruations pendant un an ou plus. Pendant cette période, l'endomètre cesse complètement de subir des changements cycliques, son atrophie complète est observée. Pendant cette période, la muqueuse utérine doit avoir une épaisseur de 4 millimètres. Pendant la dopplerographie, un faible flux sanguin utérin peut être observé, si le médecin remarque des zones de flux sanguin pathologique, la présence de fibromes utérins, l'endométriose et d'autres formations peuvent être suspectées. Souvent, dans le contexte de l'atrophie de l'endomètre, une synéchie se produit - des adhérences intra-utérines, qui pour cette période sont la limite normale. De plus, une accumulation de liquide est possible dans la cavité utérine, car pendant la ménopause, une prolifération partielle du canal cervical est observée, ce qui ne permet pas à l'utérus de sortir.

À la suite des tests disponibles, le médecin doit choisir une méthode de traitement efficace, grâce à laquelle vous pouvez rapidement traiter la cause initiale de l'hyperplasie endométriale. Si une atypie prononcée des cellules de la muqueuse utérine n'est pas trouvée, un traitement conservateur peut être prescrit, qui consiste en un certain régime de médicaments hormonaux. S'il y a une progression de la violation dans la structure utérine, dans certains cas, la seule option est de retirer l'utérus entier - une hystérectomie.

En raison de ce qui précède, même si une femme a eu la ménopause, elle doit toujours subir des examens réguliers par un gynécologue. Il faut se rappeler qu'au fil des années, la probabilité de développer une formation maligne dans l'utérus ne fait qu'augmenter. Par conséquent, si avec le début de la ménopause d'une femme dans l'endomètre, les processus hyperplasiques ne s'arrêtent pas, cela peut indiquer la formation possible d'un cancer.

Conséquences et complications

L'instabilité du fond hormonal et les changements constants de la structure de l'endomètre qui se produisent sur une longue période peuvent entraîner des complications:

  • tumeurs et kystes de l'utérus;
  • anémie due à des saignements fréquents;
  • oncologie.

Pour éviter des conséquences désagréables, vous devez commencer à traiter une hyperplasie précoce.

Important! Tous les six mois, subir un examen préventif par un gynécologue pour identifier les changements qui n'ont pas encore déclenché l'apparition des symptômes.

La ménopause est la norme

De tout ce qui précède, nous pouvons conclure que les changements pathologiques de l'endomètre utérin à la ménopause sont un phénomène fréquent, en raison des particularités des changements dans le fond hormonal d'une femme. Le diagnostic et le traitement doivent être effectués dans des institutions médicales spécialisées.

Chaque femme, qui entre dans une période difficile de sa vie, doit être consciente que sa santé et son bien-être dépendent à 90% d'elle-même. Personne n'est à l'abri des problèmes de reproduction, mais avec un diagnostic rapide et des mesures thérapeutiques adéquates de cette pathologie, vous pouvez maintenir une qualité de vie élevée pour une femme.

Alors, mesdames, n'attendez pas le début de la maladie, mais faites-vous régulièrement examiner et rendez visite à votre gynécologue.

Qu'est-ce que la ménopause et la postménopause?

La ménopause est appelée la période physiologique régulière, qui se manifeste par des changements hormonaux liés à l'âge, conduisant à l'extinction de la fonction reproductrice. En fait, la ménopause n'affecte que la fonction ovarienne. Cependant, les changements survenus ont conduit à la nécessité d’adapter l’ensemble du corps de la femme.

De nombreuses femmes associent les symptômes de la ménopause à un manque de menstruations et à la vieillesse. Néanmoins, un changement dans le fond hormonal commence bien avant l'arrêt complet des menstruations.

Le début de la ménopause est caractérisé par des symptômes individuels. Les facteurs suivants affectent la survenue de la ménopause:

  • hérédité;
  • pathologies gynécologiques;
  • maladies extragénitales.

On pense que les premiers symptômes de la ménopause surviennent chez les femmes qui ont atteint l'âge de 45 ans. Selon l'âge auquel les premiers symptômes sont apparus, la ménopause est classée comme:

Climax est une étape de longue durée au cours de laquelle le corps féminin s'adaptera pour fonctionner avec une diminution des niveaux d'oestrogène. En règle générale, cette période s'accompagne de manifestations désagréables. Néanmoins, les symptômes de la ménopause ne peuvent pas toujours être considérés comme pathologiques.

L'adaptation du corps pour réduire la quantité d'oestrogène prend environ dix ans..

La ménopause contient plusieurs étapes interconnectées.

  1. La préménopause est la période des premiers signes de la ménopause et dure jusqu'à la dernière menstruation.
  2. La ménopause comprend la dernière menstruation et l'année suivante.
  3. La périménopause combine les deux premières ménopause.
  4. La postménopause commence par la phase de ménopause et dure jusqu'à environ 65-69 ans..
  • tôt, y compris les 5 premières années;
  • en retard, impliquant 10 ans.

Les périodes mensuelles après la ménopause sont absentes. Tout repérage peut indiquer une pathologie. La grossesse à la ménopause est également exclue. Cependant, la survenue d'une grossesse est possible en préménopause en présence d'ovulation.

Climax implique deux périodes pendant lesquelles le corps de la femme fonctionne:

  • en cas de carence en œstrogènes (préménopause);
  • en absence totale d'oestrogène (ménopause, postménopause).

La cause de la ménopause est une diminution du nombre d'oestrogènes et leur disparition progressive. Les œstrogènes sont produits par l'appareil folliculaire des ovaires et ont les effets suivants:

  • stimuler le fonctionnement des glandes des organes génitaux, en particulier, affecter la glaire cervicale et les processus d'hydratation du vagin;
  • affectent les glandes mammaires et la peau;
  • accélérer les processus métaboliques;
  • interférer avec l'accumulation de cholestérol;
  • contrôler le flux de phosphore et de calcium dans les tissus osseux;
  • affecter l'état du système immunitaire;
  • avoir un effet sur les organes digestifs, la coagulation sanguine, la thermorégulation, le tonus musculaire lisse.

De plus, les œstrogènes sont directement liés à la sphère émotionnelle d'une femme. Avec une diminution des niveaux d'oestrogène, divers symptômes apparaissent, car les hormones affectent presque tous les organes et systèmes du corps féminin.

La ménopause, en particulier la ménopause et la postménopause, n'est pas une maladie. Cependant, le bien-être d'une femme dépend de la nature de l'achèvement de la fonction hormonale. Avec une diminution progressive des œstrogènes, le corps féminin s'adapte facilement à la carence hormonale. L'évolution pathologique de la ménopause est observée dans le contexte des pathologies gynécologiques et extragénitales.

En cas de diverses pathologies de la ménopause et de la postménopause, le patient se voit prescrire un traitement adéquat.

Classification

Lors de l'identification de l'hyperplasie, il est important de déterminer le type de prolifération endométriale. Selon la structure histologique, les gynécologues distinguent plusieurs variétés d'hyperplasie.

  1. Glandulaire. Dans ce cas, il y a une prolifération des glandes endométrioïdes. Peu à peu, ils deviennent sinueux sans signe de colmatage. L'hyperplasie glandulaire a un bon pronostic en raison d'une évolution bénigne.
  2. Cystique Le colmatage des glandes se produit, ce qui conduit à la formation de kystes. Le risque de développer une tumeur maligne avec cette espèce est plus prononcé.
  3. Kystique glandulaire. Une prolifération et un blocage des glandes sont observés. Une tumeur maligne de cette forme se développe dans 5% des cas.
  4. Focal. Avec cette espèce, la formation de polypes due à la prolifération locale de l'endomètre est notée..
  5. Atypique. Il s'agit d'une affection précancéreuse caractérisée par des signes d'atypie..

L'hyperplasie atypique la plus dangereuse, en l'absence de traitement qui développe un cancer utérin.

Comment la maladie est-elle diagnostiquée?

Si vous soupçonnez un cours de pathologie, vous devez subir un diagnostic complet. Cependant, le plus souvent, un écart est détecté par hasard en raison d'une évolution asymptomatique..

Tout d'abord, les patients se voient prescrire une échographie transvaginale. Si la ménopause s'est produite il n'y a pas plus de 5 ans, l'échogénicité de l'endomètre atteint jusqu'à 5 mm. Avec une ménopause prolongée, la visualisation est difficile.


Le diagnostic comprend un examen histologique

De plus, des études histologiques sont recommandées. Dans ce cas, le site endométrial est examiné au microscope. Si nécessaire, une femme est envoyée pour l'imagerie par résonance magnétique.

Des examens peuvent être recommandés pour identifier une prédisposition héréditaire au développement de l'hyperplasie..

Quelle est cette pathologie??


Vous serez intéressé: Est-il possible de boire du "Kagocel" pendant la grossesse?
JOURNAL DE PROGRAMME DE LA CHAINE

La vie d'un programmeur et des revues intéressantes de tout. Abonnez-vous pour ne pas manquer de nouvelles vidéos.

L'hyperplasie endométriale est une tumeur bénigne de l'endomètre (la couche interne de l'utérus), conduisant à son épaississement et à l'augmentation de sa taille. La raison de ce processus est une augmentation du nombre d'éléments stromaux et glandulaires situés dans l'endomètre.

Les endométries se présentent sous plusieurs formes:

  • Glandulaire (hypertrophie du tissu glandulaire).
  • Kystique glandulaire.
  • Adénomatose Il s'agit d'une pathologie précancéreuse. Dans environ 10% des cas, elle se transforme en tumeur maligne..
  • Polypes fibreux fibreux et glandulaires de l'endomètre. Il s'agit du type d'hyperplasie le plus courant. Ils se transforment rarement en malins, mais peuvent provoquer un cancer de l'endomètre..


Vous serez intéressé: Tablettes Champix: avis de fumeurs
Ci-dessous, nous considérons ce qu'ils écrivent sur les examens des procédures de raclage.

L'hyperplasie endométriale est une pathologie courante dans tous les groupes d'âge chez les femmes. Le plus souvent, cependant, cette pathologie survient pendant la puberté ou la ménopause, lorsque des changements hormonaux cardinaux dans le corps se produisent.

Qu'est-ce que l'hyperplasie de l'endomètre pendant la ménopause: causes et types de maladie + traitement

Le système reproducteur se prête à la plus grande influence: les ovaires cessent progressivement de fonctionner, les organes génitaux diminuent de taille, les muqueuses de l'utérus et l'atrophie vaginale.

Mais en présence de facteurs indésirables (mauvaise génétique, dysfonctionnements hormonaux, dommages lors du curetage de l'utérus), le processus d'involution dans l'utérus (développement inverse) est perturbé et l'hyperplasie de l'endomètre à la ménopause se développe.

Qu'est-ce que l'hyperplasie endométriale

Endomètre (couche muqueuse) - la couche interne de l'épithélium tapissant l'utérus. L'endomètre est hormono-dépendant, c'est-à-dire qu'il change sous l'influence du fond hormonal.

Les principales propriétés de l'endomètre:

  • Répondre aux changements des niveaux hormonaux. Autrement dit, cette couche est compactée avant l'ovulation, se préparant à accepter un ovule fécondé. Si la grossesse ne se produit pas, la couche endométriotique est rejetée et sort avec des saignements menstruels. Ensuite, un nouvel endomètre est formé à partir de la couche basale. Ces changements cycliques se poursuivent tout au long de la période de reproduction..
  • Favorise l'attachement embryonnaire et le soutien à la grossesse. Le système circulatoire du placenta est formé précisément à partir des vaisseaux de la couche muqueuse. Après l'accouchement, l'endomètre est à nouveau restauré et les processus cycliques reprennent..

En raison de l'influence de facteurs défavorables, la couche endométriale est compactée, s'épaissit et se développe. C'est l'hyperplasie endométriale. Cela peut arriver à tout âge, mais l'hyperplasie avec ménopause est particulièrement dangereuse.

Le fait est que pendant la ménopause, la probabilité de dégénérescence de l'hyperplasie en tumeur oncologique augmente significativement.

La maladie doit être différenciée de l'adénomyose, bien que les pathologies présentent de nombreux symptômes similaires. Avec l'adénomyose, l'endomètre se développe dans le tissu musculaire de l'utérus, la nature de l'évolution de l'hyperplasie et de l'adénomyose est différente.

L'hyperplasie n'est pas seulement un changement dans la muqueuse, mais une conséquence de divers processus pathologiques dans le corps d'une femme. Selon la CIM 10, la maladie a le code N85.0.

Qu'est-ce que la ménopause et la postménopause?

La ménopause est appelée la période physiologique régulière, qui se manifeste par des changements hormonaux liés à l'âge, conduisant à l'extinction de la fonction reproductrice. En fait, la ménopause n'affecte que la fonction ovarienne. Cependant, les changements survenus ont conduit à la nécessité d’adapter l’ensemble du corps de la femme.

De nombreuses femmes associent les symptômes de la ménopause à un manque de menstruations et à la vieillesse. Néanmoins, un changement dans le fond hormonal commence bien avant l'arrêt complet des menstruations.

Le début de la ménopause est caractérisé par des symptômes individuels. Les facteurs suivants affectent la survenue de la ménopause:

  • hérédité;
  • pathologies gynécologiques;
  • maladies extragénitales.

On pense que les premiers symptômes de la ménopause surviennent chez les femmes qui ont atteint l'âge de 45 ans. Selon l'âge auquel les premiers symptômes sont apparus, la ménopause est classée comme:

Climax est une étape de longue durée au cours de laquelle le corps féminin s'adaptera pour fonctionner avec une diminution des niveaux d'oestrogène. En règle générale, cette période s'accompagne de manifestations désagréables. Néanmoins, les symptômes de la ménopause ne peuvent pas toujours être considérés comme pathologiques.

L'adaptation du corps pour réduire la quantité d'oestrogène prend environ dix ans..

La ménopause contient plusieurs étapes interconnectées.

  1. La préménopause est la période des premiers signes de la ménopause et dure jusqu'à la dernière menstruation.
  2. La ménopause comprend la dernière menstruation et l'année suivante.
  3. La périménopause combine les deux premières ménopause.
  4. La postménopause commence par la phase de ménopause et dure jusqu'à environ 65-69 ans..
  • tôt, y compris les 5 premières années;
  • en retard, impliquant 10 ans.

Les périodes mensuelles après la ménopause sont absentes. Tout repérage peut indiquer une pathologie. La grossesse à la ménopause est également exclue. Cependant, la survenue d'une grossesse est possible en préménopause en présence d'ovulation.

Climax implique deux périodes pendant lesquelles le corps de la femme fonctionne:

  • en cas de carence en œstrogènes (préménopause);
  • en absence totale d'oestrogène (ménopause, postménopause).

La cause de la ménopause est une diminution du nombre d'oestrogènes et leur disparition progressive. Les œstrogènes sont produits par l'appareil folliculaire des ovaires et ont les effets suivants:

  • stimuler le fonctionnement des glandes des organes génitaux, en particulier, affecter la glaire cervicale et les processus d'hydratation du vagin;
  • affectent les glandes mammaires et la peau;
  • accélérer les processus métaboliques;
  • interférer avec l'accumulation de cholestérol;
  • contrôler le flux de phosphore et de calcium dans les tissus osseux;
  • affecter l'état du système immunitaire;
  • avoir un effet sur les organes digestifs, la coagulation sanguine, la thermorégulation, le tonus musculaire lisse.

De plus, les œstrogènes sont directement liés à la sphère émotionnelle d'une femme. Avec une diminution des niveaux d'oestrogène, divers symptômes apparaissent, car les hormones affectent presque tous les organes et systèmes du corps féminin.

La ménopause, en particulier la ménopause et la postménopause, n'est pas une maladie. Cependant, le bien-être d'une femme dépend de la nature de l'achèvement de la fonction hormonale. Avec une diminution progressive des œstrogènes, le corps féminin s'adapte facilement à la carence hormonale. L'évolution pathologique de la ménopause est observée dans le contexte des pathologies gynécologiques et extragénitales.

En cas de diverses pathologies de la ménopause et de la postménopause, le patient se voit prescrire un traitement adéquat.

Les causes

La principale raison de l'apparition d'une hyperplasie endométriale est un niveau d'œstrogène atypiquement élevé (œstrogénie chronique).

Les conditions suivantes y contribuent:

  • Anovulation de la ménopause. Pendant la ménopause, la croissance des follicules s'arrête et l'ovule ne mûrit pas, c'est-à-dire que l'ovulation ne se produit pas. Par conséquent, un corps jaune complet n'est pas formé, par conséquent, la production de progestérone ne se produit pas. Ainsi, un déséquilibre apparaît entre l'oestrogène et la progestérone. Une quantité accrue d'œstrogènes favorise la croissance anormale de l'endomètre.
  • Dégénérescence hyperplasique des ovaires. Pendant la ménopause, le tissu ovarien est remplacé par un simple tissu conjonctif, qui produit des hormones. Il synthétise des œstrogènes atypiques qui contribuent à la croissance de l'endomètre..
  • Tumeurs ovariennes. Divers kystes synthétisent également un grand nombre d'hormones.
  • Obésité. Pendant la ménopause, les glandes surrénales produisent beaucoup d'androgènes. En cas de surpoids, une femme a une grande quantité de graisse viscérale, que cet androgène convertit en œstrogène. L'hyperestrogénisme se produit.

Le surpoids est une cause fréquente d'hyperplasie de l'endomètre avec ménopause.

Lisez également sur les fibromes utérins pendant la ménopause..

Climax et ses phases

Le climax est une période de la vie d'un organisme caractérisée par une involution du système reproducteur, associée au vieillissement. Les femmes après la ménopause perdent la possibilité d'avoir des enfants, elles arrêtent leurs règles. Cela est dû à l'épuisement de l'appareil folliculaire dans les ovaires. En règle générale, la ménopause survient normalement à environ 50 ans. La ménopause précoce serait si elle a commencé avant l'âge de 45 ans. La ménopause tardive commence après 55 ans.

Si la menstruation a pris fin avant 40 ans - c'est ce qu'on appelle le syndrome d'épuisement ovarien précoce, qui est considéré comme une option pathologique de la ménopause.

Pendant la ménopause, les ovaires cessent de synthétiser les hormones œstrogéniques, et donc le fonctionnement de nombreux organes ayant des récepteurs pour eux est perturbé. Il s'agit notamment des systèmes nerveux et urinaire, des glandes mammaires, de la peau et même des os. Les périodes de ménopause sont distinguées.

Au premier stade, les cycles menstruels deviennent inégaux, leur fréquence et leur durée changent. En les comparant, vous pouvez constater que les cycles adjacents diffèrent de sept jours ou plus. Cette situation de ménopause est observée dans les 10 cycles à partir du premier cycle allongé..

Au dernier stade de la menstruation, la phase d'aménorrhée commence, qui dure plus de trois mois. Il marque le début de la période postménopausique. À ce moment, le niveau d'hormone folliculo-stimulante dans le sang augmente (plus de 25 UI / l). La ménopause dure généralement plusieurs années, après quoi la postménopause précoce commence (5-8 ans), puis la postménopause tardive.

Types de maladies

L'hyperplasie endométriale est classée selon le type de changements focaux.

En médecine, on distingue les types d'hyperplasie suivants:

  • Glandulaire. Le tissu glandulaire de l'endomètre croît et s'épaissit.
  • Cystique Les cellules épithéliales obstruent les ouvertures glandulaires, à la suite du gonflement de la glande endométriale, formant des kystes. C'est la forme de pathologie la plus dangereuse, la façon dont elle a tendance à dégénérer en cancer.
  • Basal Cette espèce est caractérisée par la germination de la couche basale utérine profondément dans l'organe.
  • Polype. Des polypes se forment à la surface de l'endomètre, autour desquels la couche endométriotique s'épaissit.
  • Atypique. Il y a un changement pathologique accéléré dans les cellules de l'endomètre, leur germination active dans les tissus voisins. Ce type d'hyperplasie dégénère le plus souvent en tumeur cancéreuse..

Préparation et déroulement de la procédure

Comme pour toute intervention invasive, l'hyperplasie endométriale doit être soigneusement préparée. La première chose à retenir est que la procédure est effectuée certains jours du cycle menstruel, ce qui contribue à réduire les saignements. La seconde est qu'un examen multidimensionnel d'une femme est nécessaire, y compris:

  • Analyse générale du sang et de l'urine.
  • Microscopie vaginale (frottis).
  • Dosage des sécrétions.
  • Test sanguin pour la biochimie, ainsi que les hormones.

    Un tel examen est nécessaire pour identifier les pathologies accompagnant l'hyperplasie, car elles peuvent interférer avec le curetage ou entraîner des complications postopératoires. Avant la procédure, une femme doit observer les conditions suivantes:

  • Refuser de prendre tout médicament.
  • S'abstenir de toute activité sexuelle.
  • Arrêtez d'utiliser des produits d'hygiène intime, y compris des suppositoires vaginaux et des comprimés. Les conséquences du curetage de l'hyperplasie de l'endomètre et des revues intéressent de nombreuses personnes.

    Arrêtez de prendre des médicaments deux semaines avant la procédure, les conditions restantes sont remplies plusieurs jours avant la manipulation. 12 heures avant la chirurgie, vous devez refuser de prendre de la nourriture et du liquide, c'est-à-dire que vous devez vous soumettre à la procédure l'estomac vide.

    La chose la plus importante qui inquiète le patient avant l'intervention est, en fait, comment elle est réalisée. Le curetage en milieu hospitalier est réalisé en salle d'opération gynécologique. Cette manipulation étant très douloureuse, le patient doit être injecté sous anesthésie par voie intraveineuse. Si la procédure est effectuée après l'accouchement ou une fausse couche, une anesthésie n'est pas nécessaire, car le col sera très dilaté.

    Au stade initial, un canal cervical est ouvert à l'aide d'un dilatateur métallique spécial. Ensuite, il y a un curetage direct de la muqueuse par une curette (cuillère chirurgicale). Parfois, un aspirateur à vide est utilisé à cet effet. Mais avant de l'introduire, il est nécessaire de vérifier l'emplacement et la longueur de la cavité utérine, car la flexion est possible.

    Idéalement, l'opération est effectuée sous le contrôle d'un hystéroscope, mais l'option aveugle est également possible. L'hystéroscope affiche une image sur le moniteur, qui montre clairement quelles zones nécessitent un curetage. Une biopsie peut également être prise en même temps pour une enquête plus approfondie. L'hyperplasie endométriale peut nécessiter une procédure en deux étapes - d'abord, la cavité utérine se racle, puis le canal cervical. Le curetage avec hyperplasie de l'endomètre chez les femmes ménopausées et les examens seront examinés ci-dessous.

    La norme de l'épaisseur de l'endomètre avec la ménopause

    En âge de procréer, l'endomètre remplit une fonction protectrice, c'est-à-dire qu'il empêche l'adhésion des parois de l'utérus. Il favorise également la fixation de l'embryon à la paroi utérine et le développement ultérieur de la grossesse.

    Pendant la ménopause, une femme perd la capacité de concevoir, donc l'endomètre ne remplit qu'une fonction protectrice. Pendant cette période, son épaisseur diminue.

    Chez les femmes en âge de procréer, l'épaisseur de la couche endométriotique atteint 17 mm. À la ménopause, la couche s'amincit jusqu'à 5-6 mm, c'est-à-dire que l'hypoplasie commence. Ceci est une variante de la norme..

    Si l'endomètre ne diminue pas, mais augmente, alors ils parlent d'hyperplasie. L'état limite est considéré comme une couche de 6 à 7 mm, ce qui nécessite une observation dynamique. Pathologique est une épaisseur de couche de plus de 8 mm.

    Quels sont les symptômes de la maladie à différents stades de la ménopause

    Le processus hyperplasique de l'endomètre à toutes les étapes de la ménopause se déroule différemment. Par conséquent, les symptômes de la maladie à chaque phase de la ménopause sont différents. Arrêtons-nous plus en détail sur cette question..

    La période climatérique comporte plusieurs étapes (phases) importantes:

      Préménopause - la période allant des premières manifestations de la ménopause à la dernière menstruation. L'hyperplasie endométriale préménopausique présente les symptômes suivants: irrégularités menstruelles et apparition de taches entre les menstruations. La femme doit être alertée par l'apparition de douleurs pendant les menstruations et une augmentation du nombre de jours pendant lesquels les menstruations passent, ainsi qu'une augmentation du nombre de flux menstruels.

    La ménopause est la dernière période indépendante. Étant donné qu'elle ne peut être déterminée que rétrospectivement, cette période prend 12 mois après la dernière période menstruelle, au cours de laquelle il n'y a pas eu de flux menstruel. L'hyperplasie à ce stade peut être sans sécrétions et peut se manifester dans les sécrétions 0,5 à 1 an après la menstruation. Par conséquent, si le repérage a commencé après six mois ou plus après la dernière menstruation, la femme doit prendre rendez-vous avec un gynécologue..

  • La postménopause est la prochaine étape où la menstruation est absente et la fonction hormonale des ovaires est complètement arrêtée. L'hyperplasie endométriale postménopausique a tout un tas de symptômes. La manifestation la plus frappante de la maladie est un saignement soudain. Ils peuvent être intenses ou tachetés. Le deuxième symptôme brillant est une douleur dans le bas-ventre, tirant le caractère. En outre, il existe encore des signes caractéristiques du développement de la maladie: irritabilité accrue, maux de tête fréquents, fatigue. Une femme est tourmentée par des accès de soif extrême en raison d'une forte augmentation de la glycémie. La dame commence à prendre du poids.
  • Parfois, l'hyperplasie de l'endomètre à la ménopause et à la préménopause est presque asymptomatique et ne peut être détectée que lors d'un examen gynécologique. Comme vous pouvez le voir, la maladie pendant la ménopause présente des symptômes similaires à la ménopause. Par conséquent, de nombreuses femmes prennent les symptômes d'une maladie en développement pour la manifestation de la ménopause.

    Les faits ci-dessus confirment une fois de plus qu'il est très important pour une femme de consulter son gynécologue régulièrement, au moins une fois par an, pour maintenir sa santé.

    Médecin généraliste, professeur agrégé, professeur d'obstétrique, expérience professionnelle 11 ans.

    Certains experts conseillent avec l'avènement de la ménopause de rendre les examens préventifs plus fréquents - une fois tous les six mois. Ainsi, la dame pourra diagnostiquer à temps l'apparition d'une maladie dangereuse et commencer à la traiter en temps opportun.

    Les symptômes de la ménopause

    Le principal symptôme de l'hyperplasie ménopausique est le spotting. Ils peuvent être rares ou abondants. La survenue d'une maladie est indiquée par un saignement qui a commencé après une longue pause. Dans tous les cas, les saignements sont l'occasion de consulter un médecin. Très souvent, la maladie est asymptomatique, une augmentation pathologique de l'endomètre n'est détectée que par échographie.

    Les symptômes suivants devraient alerter la femme:

    • Fatigue chronique.
    • Augmentation de la pression artérielle.
    • Maux de tête d'origine inconnue.
    • Douleur dans le bas-ventre et le bas du dos.
    • Perte de poids soudaine.

    Quelles sont les causes et les symptômes de la pathologie

    Les facteurs suivants peuvent augmenter le risque d'écarts:

    • poids corporel excessif;
    • Troubles endocriniens;
    • contexte psycho-émotionnel instable;
    • saute dans la tension artérielle;
    • la présence de mauvaises habitudes;
    • pathologie utérine.

    Les écarts peuvent être asymptomatiques. Cependant, le plus souvent, les femmes souffrent de saignements abondants et de douleurs abdominales.

    La probabilité de pathologie

    Malgré de nombreux facteurs provoquants, l'hyperplasie n'apparaît pas nécessairement chez toutes les femmes en âge de ménopause. Une condition d'hypestrogénisme peut survenir à la suite de troubles endocriniens.

    Maladies qui provoquent une augmentation de la production d'œstrogènes:

    • Diabète.
    • Pathologie rénale.
    • Dysfonction surrénalienne.
    • Fibromes utérins.
    • Endométriose.
    • Hypertension artérielle.

    Les femmes nullipares sont à risque, ainsi que celles qui ont eu un début précoce de ménopause. Probabilité accrue d'hyperplasie chez les femmes qui ont souvent des avortements et abusent des contraceptifs hormonaux. La prédisposition héréditaire ne doit pas être exclue.

    Chez les femmes souffrant d'obésité de 2 à 4 degrés, le risque de pathologie augmente de 50%.

    L'hyperplasie se développe pendant la préménopause et la ménopause. Chez les femmes ménopausées, la maladie ne se produit pas.

    Danger de maladie

    Hyperplasie - la maladie est loin d'être inoffensive. En l'absence de traitement approprié, cela entraîne de graves complications, dont certaines représentent une menace directe pour la vie..

    Les principales complications de la maladie:

    • Déficience en fer. Il se développe à la suite de saignements utérins constants..
    • Magnétisation. C'est-à-dire la dégénérescence en tumeur maligne. Le type atypique d'hyperplasie est particulièrement dangereux. Il est considéré comme une affection précancéreuse nécessitant l'ablation de l'utérus..

    Diagnostique

    Tout d'abord, oh vous devez déterminer le niveau d'hormones. Pour ce faire, faites un test sanguin pour les hormones telles que: testostérone, progestérone, FSH, LH, hormones thyroïdiennes.

    Pour confirmer le diagnostic, plusieurs types d'études sont effectués:

    • Ultrason Avec l'hyperplasie, l'épaisseur de l'endomètre est supérieure à 8 mm. De plus, la couche endométriotique a des limites floues, une échogénicité hétérogène.
    • Curetage diagnostique séparé (hystéroscopie). Séparément, la cavité utérine et la cavité cervicale sont grattées. Ensuite, le matériel biologique est envoyé pour examen histologique.
    • Biopsie de l'endomètre. Habituellement, cette procédure est prescrite pour surveiller l'efficacité du traitement. Une biopsie n'est pas utilisée comme méthode de diagnostic principale..
    • Etude histoimmunochimique. Elle implique l'étude de biomatériaux prélevés par biopsie au microscope. Il est effectué pour déterminer le type d'hyperplasie et le degré de processus bénin.

    Habituellement, l'hyperplasie est associée à des processus pathologiques dans les ovaires. Par conséquent, une échographie des ovaires est prescrite, dans certains cas - une biopsie d'organe. En cas de difficultés de diagnostic, une IRM est réalisée, notamment en cas de suspicion de cancer.

    La seule méthode de recherche fiable, les médecins considèrent le curetage diagnostique.

    Commentaires

    L'opinion des patients sur cette procédure est assez ambiguë. Beaucoup notent qu'avec l'hyperplasie endométriale, la rechute se produit quelque temps après le curetage. Dans une telle situation, il est nécessaire de comprendre l'importance de la thérapie après la chirurgie, car le curetage de l'utérus lui-même avec une hyperplasie endométriale, selon les critiques, ne guérit pas, mais supprime uniquement les symptômes.

    Aidez-moi! L'ENDOMÉTRIE DE L'HYPERPLASIE! Qui a lutté avec cette plaie!

    Experts Woman.ru

    Obtenez l'avis d'un expert sur votre sujet

    Spiridonova Nadezhda Viktorovna

    Psychologue. Spécialiste du site b17.ru

    Victoria Kiseleva

    Psychologue, thérapeute Gestalt. Spécialiste du site b17.ru

    Muzyk Yana Valerevna

    Psychologue, psychanalyste. Spécialiste du site b17.ru

    Semikolennyh Nadezhda Vladimirovna

    Psychologue. Spécialiste du site b17.ru

    Julia Vadimovna Voronina

    Psychologue, bibliothérapeute. Spécialiste du site b17.ru

    Vzhechinsky Eve

    Psychologue. Spécialiste du site b17.ru

    Zadoyina Lyudmila Aleksandrovna

    Psychologue. Spécialiste du site b17.ru

    Andreeva Anna Mikhailovna

    Psychologue, psychologue clinicienne, oncopsychologue. Spécialiste du site b17.ru

    Korotina Svetlana Yuryevna

    Psychothérapeute. Spécialiste du site b17.ru

    Traitement

    Le traitement de la maladie dépend du type de pathologie et du degré de son développement. La tâche principale est de réduire la quantité d'œstrogènes et de prévenir leurs effets négatifs sur le corps.

    Le traitement implique l'utilisation d'une thérapie médicamenteuse et d'une intervention chirurgicale. Le plus souvent, la chirurgie est préférée, car la ménopause est associée à un risque accru de cancer.

    Thérapie médicamenteuse

    Le traitement avec des médicaments n'est effectué que dans le cas des formes glandulaires et kystiques de la maladie. Pour cela, des médicaments contenant des hormones sont prescrits. Ce sont des progestatifs et des progestatifs. Ils contiennent de la progestérone - une hormone qui inhibe la croissance de l'endomètre. Les préparations hormonales modernes contiennent des normes adéquates de progestérone, contribuant à la réduction de la couche d'endométriose, empêchant la magnétisation.

    Les médicaments les plus couramment utilisés sont:

    • Acétate de mégestrol. Réduit les niveaux d'oestrogène, inhibe la croissance des cellules hormonosensibles. Empêche la croissance des tumeurs hormonales.
    • Lévonorgestrel. Ralentit la croissance des cellules endométriales, empêche l'augmentation de la production d'oestrogène.
    • Dépôt de buséréline. C'est un médicament antitumoral, largement utilisé pour traiter l'hyperplasie. Réduit la synthèse des hormones sexuelles dans les ovaires.

    Le schéma thérapeutique et la posologie sont déterminés par le médecin traitant, en fonction des caractéristiques individuelles du patient, de la présence de maladies concomitantes. Habituellement, la durée du traitement est de 4 à 7 mois.

    Les médecins divergent sur la sécurité du traitement hormonal pour les femmes après 50 ans. La plupart ne recommandent pas la thérapie gestagène en raison du risque élevé de dégénérescence de l'hyperplasie. Chez les femmes ménopausées, la question de la préservation de la fonction de procréation n'est pas pertinente, par conséquent, les médecins préfèrent des méthodes plus radicales de traitement de la maladie.

    Chirurgie

    Le traitement chirurgical est utilisé dans les cas suivants:

    • Hyperplasie focale et atypique.
    • Maladie de rechute.
    • Saignement sévère.
    • L'absence de dynamique positive dans le traitement des agents hormonaux.

    Pour se débarrasser de la maladie, les méthodes radicales suivantes sont utilisées:

    • Curetage (curetage). La couche pathologique de l'utérus est retirée à l'aide d'instruments chirurgicaux. De cette façon, vous pouvez vous débarrasser des saignements prolongés, car toute la couche de saignement est supprimée. Cette espèce est également diagnostique - le biomatériau est envoyé pour l'histologie. Cette méthode n'est pas utilisée en cas d'hyperplasie atypique ou de suspicion de cancer de l'endomètre. L'avantage de ce traitement est l'absence de rechute.
    • Ablation Les foyers d'hyperplasie sont cautérisés au laser. Cette méthode est moins traumatisante que le curetage. La procédure est réalisée sous anesthésie générale avec accès par le vagin. L'inconvénient de cette méthode est l'incapacité à contrôler le degré de cautérisation, certains foyers pouvant rester non traités. Ne peut pas non plus être utilisé pour le cancer de l'utérus.
    • Hystérectomie. Il s'agit d'une ablation complète de l'utérus. Conduite avec une hyperplasie atypique, cancer de l'utérus. Avec un degré avancé de la maladie, une hystérectomie totale est effectuée, c'est-à-dire que l'utérus, les ovaires et les ganglions lymphatiques les plus proches sont retirés.
    • Thérapie combinée Comprend l'apport d'hormones suivi d'un curetage. Le traitement hormonal réduit considérablement les foyers d'hyperplasie, ce qui rend le curetage moins traumatisant.

    Traitement avec des compléments alimentaires et des méthodes alternatives

    L'utilisation de la médecine traditionnelle ou de divers compléments alimentaires pour le traitement de l'hyperplasie endométriale est justifiée dans une thérapie complexe. En monothérapie c'est inutile. Tout moyen doit être approuvé par le médecin traitant afin de ne pas aggraver la situation..

    Parmi les compléments alimentaires, le plus connu est l'Indinol. Il est utilisé en combinaison avec des médicaments hormonaux. Il empêche la rechute de l'hyperplasie.

    De la médecine traditionnelle, des herbes qui ont un effet hémostatique sont utilisées, elles arrêtent la croissance pathologique des cellules.

    Les recettes les plus célèbres:

    • Une décoction de l'utérus. Appliquer 2-3 fois par jour.
    • Infusion de racine de réglisse. La racine est versée avec de l'eau bouillante et a insisté pendant 6 heures. Buvez 100 ml trois fois par jour.
    • Un mélange de propolis avec du miel. Un tampon de gaze en est imprégné et placé dans le vagin la nuit..
    • Bains d'une décoction d'avoine. L'avoine est versée avec de l'eau bouillante, insistent. Puis ajouté au bain. Vous devez être dans un tel bain pendant 30 minutes.

    Correction chirurgicale


    L'hyperplasie peut nécessiter un traitement chirurgical.
    Il est nécessaire dans de tels cas:

    • rechute de la pathologie après un traitement médicamenteux;
    • détection de polypes;
    • détection de l'atypie cellulaire.
    • saignement utérin;
    • combinaison avec l'adénomyose, le myome utérin;
    • la présence de contre-indications à l'hormonothérapie.

    Le traitement chirurgical implique l'utilisation de l'une des méthodes suivantes:

    1. Curetage, ou curetage. Rationnellement, si nécessaire, retirez la zone de revêtement, dont l'épaisseur est supérieure à 10 mm. L'intervention est réalisée sous anesthésie ou anesthésie locale, sa durée est d'environ 30 minutes.
    2. Ablation de l'endomètre Il est utilisé en cas de modifications hyperplasiques focales. Techniques utilisées telles que cryodestruction, diathermocoagulation, destruction laser.
    3. Hystérectomie, c'est-à-dire ablation de l'utérus. Elle est conseillée en cas d'atypie cellulaire et à haut risque de malignité, avec une profondeur de lésion organique importante, en combinaison avec myome, adénomyose.
    4. Extirpation de l'utérus avec appendices - montré chez les femmes ménopausées avec rechute.

    Prévention et pronostic

    La principale méthode de prévention est un examen régulier.

    Afin de réduire les risques de développer une hyperplasie, les recommandations des médecins doivent être suivies:

    • Ne prenez pas d'hormones par vous-même.
    • Contrôle du poids.
    • Mange correctement.
    • Faites de l'éducation physique.
    • En cas de détérioration, consultez un médecin.

    Le pronostic de la maladie dépendra d'un traitement rapide. Si nous parlons des risques de dégénérescence en cancer, alors avec une hyperplasie glandulaire ou kystique, c'est 1-4%, avec atypique - 20%.

    Malheureusement, pas une seule femme n'est à l'abri de cette maladie. Cependant, il est possible de minimiser les risques. Pour ce faire, vous devez traiter toute maladie à temps, éviter le stress et mener une vie saine.

    Hyperplasie de l'endomètre pendant la ménopause

    Pendant la ménopause, des changements liés à l'âge dans le corps féminin se produisent - la reproduction des hormones sexuelles diminue, les processus cycliques de mise à jour des muqueuses internes de la cavité utérine s'arrêtent. Avec le début de la période climatique, la probabilité de développer des maladies graves augmente. L'hyperplasie endométriale la plus fréquemment diagnostiquée à la ménopause. Tous les patients, ayant entendu ce diagnostic, ne savent pas de quoi il s'agit, quels sont les symptômes et le traitement de la maladie.

    Qu'est-ce que la ménopause et quand vient-elle

    La ménopause est une période de 12 mois après la dernière décharge périodique naturelle chez les femmes, survenant entre 45 et 55 ans. Elle est causée par une déplétion du stock folliculaire. Si la ménopause survient avant 40 ans, ce processus est appelé syndrome d'épuisement ovarien. Certaines femmes ont une ménopause tardive - après 55 ans.

    Il y a des moments où une pause est causée artificiellement. Dans ce cas, la femme cesse ses règles en raison d'une ablation chirurgicale des ovaires, d'une chimiothérapie ou d'un médicament.

    Pendant la ménopause, le corps féminin change. Les changements sont causés par un manque d'hormones, un changement dans le fonctionnement des ovaires. C'est à ce moment que le risque de développer de nombreuses pathologies gynécologiques, comme le cancer de l'utérus, l'hyperplasie endométriale, augmente.

    Informations générales sur la maladie

    Par le terme "hyperplasie", les médecins entendent la prolifération des tissus. Cela se produit en raison de la production excessive de cellules. L'endomètre est la paroi interne de l'utérus. Il fournit au fœtus des conditions optimales pour un développement complet. À chaque cycle menstruel, l'épaisseur de l'endomètre change. La couche la plus mince est immédiatement après la fin des menstruations. Pendant l'ovulation, l'endomètre s'épaissit à 8 mm sous l'influence de l'hormone œstrogène. Si la conception ne s'est pas produite, le niveau d'hormones diminue en raison de la production de progestérone, les muqueuses internes de l'organe sont épuisées, l'ovule quitte le corps - les menstruations commencent.

    Pendant la ménopause, le fond hormonal est perturbé. Sous l'influence d'une augmentation du niveau d'oestrogène, l'endomètre augmente de volume. En raison de la baisse du niveau de progestérone, ce processus ne s'arrête pas. Dans la plupart des cas, la prolifération de l'endomètre est caractérisée par une préménopause. En effet, malgré la présence de sécrétions mensuelles dans le corps de la femme, des changements liés à l'âge se produisent, accompagnés d'un changement du fond hormonal.

    Normes de l'endomètre

    Pendant la ménopause, l'endomètre devient plus mince. Son épaisseur varie à moins de 5 mm. Les médecins considèrent que cet indicateur est normal. Parfois, la croissance de l'endomètre avec la ménopause atteint 7 à 8 millimètres. Cet indicateur indique un début possible du processus pathologique, mais n'est pas encore classé comme hyperplasie. Pour certains patients, une épaisseur de tissu de 7 à 8 millimètres est la norme. Mais les médecins recommandent de subir périodiquement une échographie (tous les 3-6 mois) afin d'exercer un contrôle dynamique sur la croissance des tissus.

    Si l'épaisseur de l'endomètre atteint plus de 8 mm, les gynécologues recommandent que la patiente subisse une procédure de curetage. Il est nécessaire de confirmer le développement du processus pathologique, d'étudier la structure des tissus et de prescrire un traitement.

    Classification des maladies

    Il existe plusieurs types d'hyperplasie endométriale. Ils diffèrent dans le sens de la croissance des tissus:

    1. L'hyperplasie endométriale glandulaire est diagnostiquée si la couche de la muqueuse interne de l'utérus augmente en raison d'une modification des glandes qui s'y trouvent. L'augmentation de volume se produit en direction des muscles des organes.
    2. Forme kystique. Des formations kystiques commencent à se former dans la lumière de la membrane. Ce type de pathologie est dangereux, car les cellules produites par un excès d'hormones peuvent dégénérer en malignité.
    3. Hyperplasie basale. Pendant la ménopause, cette forme de la maladie est rarement diagnostiquée. Au cours de son développement, une augmentation de l'épaisseur de la couche basale de l'utérus est observée.
    4. Forme focale. L'épaisseur de la membrane augmente de façon inégale, formant des excroissances (polypes) sur les parois de l'utérus.
    5. Hyperplasie atypique. Avec la ménopause, ce type de pathologie est rare. Elle est la plus dangereuse de tous les types de manifestations de la maladie, car elle se transforme rapidement en cancer utérin. Si la forme atypique d'hyperplasie endométriale est confirmée, les médecins retirent l'organe.

    Le plus souvent avec la ménopause, la forme glandulaire et kystique de la maladie est diagnostiquée. Les principales raisons du développement de ces types de pathologie sont l'insuffisance hormonale.

    Les causes de l'hyperplasie pendant la ménopause

    Il existe plusieurs facteurs qui provoquent l'hyperplasie de l'endomètre pendant la ménopause. Dans la plupart des cas, ils commencent à se former avant la ménopause (en préménopause).

    1. Déséquilibre hormonal. C'est la cause la plus courante du développement de la pathologie. Chez les femmes après 45 ans, il y a une diminution de la production de progestérone et une augmentation du niveau d'oestrogène. Un tel déséquilibre provoque une modification de la membrane utérine.
    2. Maladie métabolique. Avec l'âge, la plupart des femmes ont un problème de surpoids. Les couches graisseuses de tissus provoquent la production d'œstrogènes, exacerbant ainsi le dysfonctionnement hormonal, qui se manifeste lors de la ménopause.
    3. Dysfonctionnement du système endocrinien. Pour cette raison, une hyperplasie de l'endomètre chez les femmes ménopausées est souvent observée..
    4. Invasion fréquente de la cavité utérine (chirurgie gynécologique). En raison des effets mécaniques fréquents, les récepteurs membranaires ne répondent plus aux niveaux de progestérone. Plus les femmes ont dû subir un avortement et un curetage, plus la probabilité de développer un HPE pendant la période climatique est élevée.
    5. Prédisposition à la pathologie au niveau génétique. Les médecins confirment que cette maladie est plus souvent diagnostiquée chez des patients dont les proches ont connu le même problème..

    De plus, la croissance des muqueuses est observée dans le contexte des fibromes et de la mastopathie. Dans certains cas, une pathologie peut provoquer un dysfonctionnement du système immunitaire.

    Panneaux

    Les symptômes de l'hyperplasie endométriale chez les femmes ménopausées se manifestent individuellement. Le principal signe d'un processus pathologique hyperplasique est le repérage. Mais ils ne sont pas observés chez tous les patients. Parfois, l'épaississement de la membrane se produit sans écoulement. Les autres manifestations de la maladie comprennent:

    1. Menstruations très douloureuses. Dans ce cas, les douleurs sont de nature spastique..
    2. Cycle menstruel irrégulier. Parfois, des taches apparaissent deux fois par mois.
    3. Périodes abondantes et longues (10-14 jours).

    Parfois, les symptômes de l'hyperplasie endométriale utérine s'accompagnent de malaise général, d'insomnie, de migraine, de baisse des performances, d'irritabilité. La femme a très soif.

    Comment diagnostiquer

    Dans la plupart des cas, une hyperplasie endométriale présumée est diagnostiquée par un gynécologue, à qui une femme s'adresse en se plaignant de menstruations douloureuses ou irrégulières. Il existe plusieurs méthodes pour diagnostiquer une maladie:

    1. Ultrason Si au cours de cette étude diagnostique, on constate que l'épaisseur de la couche endométriale est de 7 à 8 mm, le gynécologue prescrit un examen supplémentaire.
    2. Hystéroscopie. Au cours de la procédure, le médecin effectue un examen visuel de la cavité utérine à l'aide d'un équipement endoscopique. L'examen est réalisé sous anesthésie générale. Dans la plupart des cas, une biopsie tissulaire est réalisée en même temps que la membrane est examinée..
    3. Curetage (curetage diagnostique de l'endomètre). La procédure est prescrite dans les cas où l'épaisseur du tissu en croissance dépasse 8 mm. Le curetage est effectué pour une étude plus approfondie de l'endomètre et pour exclure l'apparition de cellules cancéreuses..

    Si l'épaississement dépasse 10 mm, les gynécologues recommandent de subir une procédure de curetage séparée, suivie d'une irradiation de la cavité organique avec du phosphore radioactif. Le réactif est injecté dans la veine du patient, migre à travers le corps et s'accumule dans les sections pathogènes de la membrane. Un médecin pour effectuer un examen histologique prélève du matériel biologique dans ces zones.

    Comment traiter une maladie pendant la ménopause

    Si le diagnostic d'hyperplasie endométriale à la ménopause a été confirmé, le traitement commence immédiatement. Après tout, c'est la pathologie de l'endomètre, au cours de laquelle il existe une forte probabilité de dégénérescence des cellules en formations oncologiques malignes. Selon le stade de la maladie, les médecins utilisent l'une des méthodes de traitement..

    Traitement médical

    Il est recommandé de traiter l'hyperplasie de l'endomètre avec des médicaments si l'épaisseur des tissus ne dépasse pas 6-7 mm. La thérapie est basée sur la prise de médicaments hormonaux qui provoquent une augmentation des niveaux de progestérone. Le patient doit subir une échographie programmée pendant toute la période de traitement (6-8 mois de prise constante de médicaments), au cours de laquelle le médecin surveille constamment les changements des taux de croissance tissulaire.

    Les médicaments ne donnent pas des résultats à 100%. La probabilité d'une rechute de la maladie des médicaments hormonaux est élevée.

    Chirurgical

    Si le traitement médicamenteux n'a pas donné les résultats escomptés, un traitement chirurgical de la pathologie est effectué. En fonction des résultats des tests préliminaires, l'une des méthodes d'intervention chirurgicale est utilisée:

    1. Curetage de la cavité utérine. Recommandé si l'épaisseur du tissu modifié dépasse 10 mm. La procédure dure 30 à 40 minutes sous anesthésie locale.
    2. Moxibustion. Cette méthode d'intervention chirurgicale est utilisée pour l'hyperplasie focale. Pendant la procédure, le médecin agit sur les foyers des tissus altérés avec des impulsions froides, laser ou électriques.
    3. Avec un risque accru de développer des tumeurs malignes, les médecins recommandent de retirer l'utérus. Pendant la procédure d'hystérectomie, l'organe est complètement excisé. Et si une femme pendant la ménopause a découvert une lésion des ovaires, pendant l'opération, ils sont également retirés.

    Le type d'intervention chirurgicale à utiliser est déterminé individuellement par le médecin traitant. Parfois, lors de la préparation de la chirurgie, une hormonothérapie est utilisée. Il contribue à la récupération rapide du corps après l'intervention..

    Thérapie supplémentaire avec des remèdes populaires

    La plupart des patients ne sont pas pressés d'utiliser le traitement traditionnel de la pathologie, préférant utiliser des recettes de médecine traditionnelle. Les gynécologues sont invités à ne pas considérer les herbes comme la thérapie principale, mais à les utiliser en combinaison avec des médicaments. Les recettes de médecine traditionnelle les plus courantes qui se sont révélées efficaces dans le traitement des GGE sont:

    1. Jus frais de racine de bardane et de moustache dorée. Ces liquides sont mélangés dans des proportions égales et pris deux fois par jour pour 1 cuillère à soupe. Un inconvénient important de cette recette est la possibilité de mener une thérapie uniquement pendant la saison chaude.
    2. Teinture d'alcool d'ortie (préparée indépendamment). 200 gr. les matières premières médicinales (feuilles fraîches et pousses) sont versées dans 500 ml. alcool (fort clair de lune). Il est conservé pendant trois semaines dans un endroit sombre et chaud, en secouant de temps en temps le récipient avec du liquide. Filtrer la perfusion et prendre 1 cuillère à café deux fois par jour.

    Le traitement avec des remèdes populaires doit être accompagné d'un examen régulier par un médecin. Cela permettra de suivre la dynamique de la maladie.

    La maladie disparaît-elle pendant la ménopause

    Même si la maladie n'est pas accompagnée de symptômes prononcés et a été diagnostiquée par hasard, elle ne peut pas disparaître d'elle-même. Les changements pathologiques survenant dans le corps féminin, sans prise de médicaments hormonaux, ne pourront pas revenir à la normale. Parfois, les femmes croient que si la ménopause disparaît, le fond hormonal se normalise et la couche endométriale s'amincit. Ce n'est rien de plus qu'une illusion. Plus le traitement de la maladie est commencé tôt, plus les chances de guérison sont élevées.

    Une rechute est-elle possible avec la ménopause?

    La possibilité de rechute d'hyperplasie endométriale pendant la ménopause augmente. Selon le type de traitement choisi par le médecin, après quoi la prolifération des tissus s'est poursuivie, d'autres actions sont déterminées:

    1. Si la maladie réapparaît après un traitement médicamenteux et que l'épaisseur de la couche augmente de plus de 8 mm, il est recommandé de subir une procédure de curetage.
    2. Si la situation se reproduit après le curetage, l'utérus est complètement retiré.

    Le pourcentage de cas récurrents de pathologie avec un traitement initialement correctement sélectionné est faible. Pour éviter la possibilité de rechute, le patient doit constamment subir un examen de suivi.

    Quel est le danger

    La prolifération de l'endomètre ménopausique est très dangereuse pour une femme. Il s'agit d'une maladie insidieuse qui a tendance à rechuter et à dégénérer en formations cancéreuses. Même après l'arrêt des sécrétions mensuelles, l'hyperplasie de la membrane utérine n'est pas moins dangereuse qu'en préménopause. Par conséquent, les femmes dans la période de 12 mois après la fin des dernières menstruations doivent subir un examen gynécologique planifié et une échographie.

    Commentaires

    J'ai reçu un diagnostic de GGE il y a plusieurs années. Réception nommée "Diferelin". J'ai lu des critiques contradictoires sur ce médicament sur Internet, mais j'ai quand même commencé à boire. L'épaisseur de l'endomètre n'augmente pas. Et ça fait plaisir. On espère éviter le curetage.

    Oh, tu as de la chance. On m'a prescrit Danazol et Zoladex - tout s'est avéré futile. J'ai dû accepter le curetage. La procédure n'est pas des plus agréables, je dois dire. Maintenant je prends des pilules pour éviter la rechute.

    Et il y a des cas où l'endomètre lui-même est revenu à la normale, sans traitement? Je suis juste curieux, j'ai déjà fait 2 nettoyages. Un ami a été traité uniquement avec des herbes, alors elle s'est transformée en tumeur...

    Je pense que si vous allez chez le médecin à temps et buvez des pilules, vous pouvez vous passer de nettoyage. Du moins pour moi jusqu'à présent. Constamment observé, je passe par échographie. On espère qu'après la ménopause, tout redeviendra normal. Mais pas moi, bien sûr, je prends toujours des médicaments.